Tullow Oil et Capricorn Energy veulent créer le leader de l’énergie en Afrique

Tullow Oil et Capricorn Energy veulent créer le leader de l’énergie en Afrique

Les groupes pétroliers Tullow Oil et Capricorn Energy (ex-Cairn Energy) vont s’unir dans une opération valorisée à plus de 1,6 milliard d’euros, avec l’objectif de créer un « leader de l’énergie en Afrique » coté à Londres.

Les conseils d’administration de Tullow Oil et de Capricorn Energy, spécialistes britanniques de l’exploration et de la production d’hydrocarbures en Afrique, « sont parvenus à un accord » pour une « fusion entre égaux », a annoncé Tullow Oil dans un communiqué le 1er juin 2022.

Cette opération, valorisée à plus de 1,4 milliard de livres (1,6 milliard d’euros) à la clôture de la Bourse le 31 mai 2022, doit permettre le paiement d’arriérés de dividendes, de renflouer la trésorerie et d’investir pour accroître les volumes de production, a indiqué l’entreprise. Les investisseurs de Capricorn, anciennement connu sous le nom de Cairn Energy, recevront 3,8068 nouvelles actions Tullow, la plus grande des deux sociétés, pour chaque action qu’ils détiennent.

Capitaliser sur la hausse des prix de l’énergie

Le PDG de Tullow, Rahul Dhir, devrait diriger le groupe, qui sera détenu à majorité (53 %) par les actionnaires de Tullow. Capricorn Energy détiendra de son côté 47 % du capital du nouveau groupe. Tullow Oil, basé à Londres, concentre la plupart de ses activités en Afrique (Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Kenya et Mauritanie), et en Amérique du Sud. De son côté, Capricorn, établi en Écosse, est aux commandes, en dehors de la mer du Nord, d’opérations en Mauritanie et en Égypte mais aussi en Israël, au Mexique et au Suriname.

La fusion « représente une opportunité unique de créer une entreprise énergétique de premier plan en Afrique, cotée à Londres », mais aussi de « générer des synergies de coûts significatives », précise le communiqué.

Environ 100 000 barils d’équivalent pétrole doivent être produits chaque jour, tandis que les réserves réunies représentent quelque 343 millions de barils d’équivalent pétrole. Le groupe, qui sera prochainement rebaptisé, sera axé sur l’énergie africaine. Les deux groupes estiment être à présent en mesure d’investir dans l’expansion de la production, en capitalisant sur la poursuite de la hausse des prix de l’énergie.

Dette et déboires fiscaux

La fusion, soutenue par les conseils d’administration des deux sociétés, permettrait de réaliser des économies de 50 millions de dollars, et les investisseurs du nouveau groupe recevraient un dividende annuel de base de 60 millions de dollars. Les actionnaires de Tullow ont reçu un dividende pour la dernière fois en 2019.

Les liquidités de Capricorn aideront également Tullow à réduire son ratio d’endettement net par rapport aux bénéfices à moins de un, permettant au groupe combiné de dépenser davantage pour augmenter la production. « Cela règle le problème du bilan de Tullow », ont déclaré les analystes de Stifel dans une note.

En 2019, la viabilité de Tullow était menacée avec un titre perdant près de 70 % de sa valeur à la Bourse de Londres, avant l’annonce, en 2021, d’un accord à 1,8 milliard de livres pour le refinancement de sa dette. Capricorn gérait de son côté un long contentieux fiscal avec l’Inde, qui s’est finalement soldé en février par le remboursement par New Delhi de 1 milliard de dollars au groupe écossais.

Au Ghana, les champs pétroliers phares de Tullow constitueront la plus grande part des réserves et de la production du nouveau groupe, dont les trois quarts seront constitués de pétrole et un quart de gaz. La deuxième part la plus importante proviendra des champs gaziers terrestres égyptiens de Capricorn.

La Rédaction (avec JA et CA)