Le marché électrique sud-africain ajoutera 3 000 MW de centrales à gaz au réseau à partir de 2022

Le marché électrique sud-africain ajoutera 3 000 MW de centrales à gaz au réseau à partir de 2022

En plus du retour à l’équilibre de l’Eskom, la compagnie électrique nationale, l’Afrique du Sud doit décarboner sa production d’électricité et mise donc en partie sur le gaz. Economiquement parlant, ce projet sera-t-il source de revenu pour le pays arc-en-ciel ?

L’Afrique du Sud prévoit d’ajouter 3 000 MW de centrales à gaz au réseau national à partir de 2022. L’information a été donnée par la directrice générale de Petroleum Agency of South Africa, Phindile Masangane, lors de la Semaine africaine de l’énergie qui se tient au Cap du 9 au 12 novembre 2021.

Mettre en place des solutions rapide et efficace

Selon la responsable, le gaz naturel constitue la solution la plus rapide pour alimenter le réseau électrique. L’Afrique du Sud prévoit en effet de s’appuyer sur les énergies renouvelables et le gaz pour assurer sa transition énergétique.

Selon Dennis Seemela, responsable de l’électricité au sein du régulateur de l’énergie, Nersa, le mix énergétique du pays aura également besoin du charbon, en plus du gaz et des énergies renouvelables. « Il y a beaucoup de lobbyistes qui pensent qu’il ne devrait y avoir que des énergies renouvelables. Non, ce n’est pas censé être comme cela. C’est censé être un mélange d’énergies », a-t-il soutenu.

En outre, poursuit le responsable, le plan de ressources intégrées 2019 du ministère de l’Energie devrait être accéléré. Ce plan prévoit l’ajout de nouvelles sources d’énergie au réseau national au cours des prochaines années, notamment 6800 MW d’énergie renouvelable.

La Rédaction (avec GJA et CA)